Le croieriez-vous; mais nous sommes bel et bien sur l'avenue du Parc, juste au sud de la rue Bernard. 

note :  La carte postale ancienne provient de la collection de la Bibliothèque Nationale du Québec.

La photo a été prise au tout début du XXème siècle (env.1910) et regarde en direction nord.  À cette époque, l'avenue du Parc est une rue résidentielle toute neuve dont le développement n'est pas encore complété.  Le toponyme de la rue vient vraisemblablement du fait qu'elle longe le "nouveau" parc du Mont-Royal.  À cette époque, il est bien sûr plus question de "Park avenue"; vocable qui servira à nommer plein de choses du quartier, dont la fameuse gare Jean-Talon, que le CP nommera longtemps la "Park Avenue Station". 

Nous sommes dans l'ancien Village de Saint-Louis-du-Mile End.  Ce village deviendra "Ville Saint-Louis" en 1895; petite ville de "banlieue" dont le coeur se retrouve autour de l'Église Saint-Enfant-Jésus-du-Mile-End (angle Saint-Laurent et Laurier).  Saint-Louis sera annexé à Montréal le 1er janvier 1910 et deviendra le quartier Laurier.

Bien sûr, la vocation de cette rue a beaucoup changée avec les années et elle est devenue très commerciale.  Par contre, certains bâtiments montrés sur la photo existent toujours.  C'est d'ailleurs le cas pour l'imposant triplex à gauche qui, bien qu'ayant perdu sa corniche de tôle et ses balcons, conserve encore aujourd'hui sa belle façade de granit; fait quand même inusité dans un quartier où la maçonnerie est généralement en pierre calcaire.  Quelques petits bâtiments voisins sont également toujours là; mais transformés de façon assez drastique.

Madame Susan Bronson, qui connaît très bien l'histoire du Mile End, mentionne l'information suivante : "Il est intéressant à noter que l’avenue du Parc, avec le boulevard Saint-Joseph, était considérée en 1910 comme une artère résidentielle très prestigieuse et il n’y avait pas de commerces sur ces rues; effectivement, les commerces étaient interdits par un règlement de la ville de Saint-Louis, et il y avait des exigences particulières pour assurer la qualité des bâtiments."

On se doit quand même de reconnaître que c'est tout un changement.  Pour le mieux?