Rares sont les Montréalais, qui en entendant le nom Sainte-Justine, ne savent pas qu'il s'agit d'un hôpital consacré aux enfants.  Cependant, encore plus rares peut-être, sont ceux qui savent que l'hôpital Sainte-Justine a vu le jour en plein coeur du Plateau Mont-Royal.

Il y a cent ans, c'est au 644 rue Saint-Denis, tout juste au sud de la rue Roy, que fut fondée cette institution unique.  C'est l'état lamentable de la santé publique infantile qui poussera certains médecins et personnes charitables à unir leurs efforts.

sainte_justine_st_denis

Un court extrait du livre «Naître, vivre, grandir, Sainte-Justine 1907-2007» de l'auteure Denyse Baillargeon, paru chez Boréal.

«La fondation de l'Hôpital Sainte-Justine en 1907 survient dans un contexte où les ravages causés par la mortalitié infantile commencent à inquiéter sérieusement les élites canadiennes-françaises.  Et pour cause :  durant la première décennie du XXème siècle, plus d'un renfant sur quatre meurt à Montréal durant sa première année de vie des suites de maladies infectieuses et contagieuses, de problèmes pulmonaires et surtout de diarrhées causées par la mauvaise qualité de l'eau et du lait.  Réputée être la ville occidentale la plus meurtrière pour ses nouveaux-nés, Montréal se classe alors au deuxième rang à l'échelle mondiale pour sa mortalité infantile, après Calcutta»

Vous avez bien lu!

Cette triste réalité sensibilisera aussi les autoritées à surveiller davantage l'état du réseau d'aqueduc et le législateur à imposer la pasteurisation du lait.  Il faudra un jour écrire une page sur cette «saga» du lait au tournant du siècle à Montréal.

DSCN6927

L'Hôpital demeurera deux ans à cet endroit.

L'idée d'un hôpital pour enfants fut lancée en février 1907 lors d'une conférence du docteur Raoul Masson.  Quelques mois plus tard, l'idée est reprise par le docteur Irma LeVasseur (première femme médecin canadienne-française).  En mai, le Dr. Levasseur organise une rencontre afin de jeter les bases d'un tel hôpital.  En novembre, une rencontre est organisée entre Le Vasseur et madame Justine Lacoste-Beaubien, une dame de la bonne société montréalaise.  Je reviens au livre de madame Baillargeon : «Dès le lendemain, Justine Lacoste-Beaubien trouve une maison située rue St-Denis, où le docteur Le Vasseur transporte un bébé de cinq mois gravement malade qu'elle gardait chez elle pour mieux en prendre soin.  Le 30 novembre 1907 se tenait dans cette maison, la réunion de fondation de l'hôpital. C'est un hôpital de douze lits à cette époque.

En février, l'idée est née d'ouvrir un hôpital; en novembre, l'hôpital occupé!    Pas pire hein!     Le CHUM de 2007 ne peut pas en dire autant!

ste_justine_deLorimier

En mai 1908, l'hôpital déménage au 820, rue deLorimier au sud de Rachel (ce qui serait actuellement le 4056).  Il y sera jusqu'en 1914; moment où l'hôpital déménagera à nouveau sur la rue Saint-Denis, près de Bellechasse.  J'ai moi-même séjourné une semaine au Sainte-Justine de la rue Saint-Denis, à la suite d'un accident de jeu qui m'a laissé 16 points de suture sur le coco.  Ma chambre donnait sur Saint-Denis puisque je me souviens avoir regardé manoeuvrer tramway et trolleybus dans le garage de la STCUM juste en face.  C'était en 1954.

L'immeuble de la rue deLorimier est montré par la suite, dans les atlas, comme étant l'école «Providence Sainte-Geneviève school».  L'emplacement est occupé aujourd'hui par l'école Saint-Joseph.  Sainte-Justine déménagera finalement sur Côte Sainte-Catherine le 20 octobre 1957.

L'image provient du fonds E.Z. Massicote de la BANQ

À suivre!