J’aimerais partager avec vous quelques belles photographies anciennes montrant l’Hôtel-Dieu, sa petite place en front de l'avenue des Pins, angle Saint-Urbain et de son monument à Jeanne-Mance, érigé en 1909, pour commémorer le 250eme anniversaire de l’arrivée des premières sœurs de cet hôpital.

H_tel_Dieu_entr_e_avant_statue_de_Jeanne_Mance_BANQ

Cette première photo, absolument magnifique, nous montre la partie Est du corps central du premier bâtiment de l’hôpital.  Cette photographie est donc antérieure à 1909 puisque le monument de Jeanne-Mance n’est pas encore érigé dans la cour. Souvenons-nous que l’Hôtel-Dieu est fondé en octobre 1642 (1645) par Jeanne-Mance; également cofondatrice de Montréal.  Il est déplacé à son site actuel à partir de 1859-61; dans une construction selon les plans de l’architecte Victor Bourgeau.  On remarque que chaque corps de bâtiment possède un bel escalier monumental qui mène à chacun des rez-de-chaussée.  D’ailleurs si on a l’imagination fertile, on peut penser que les matériaux empilés à la gauche du premier escalier nous indiquent que ce dernier vient peut-être tout juste d’être terminé et que, fier du résultat, on décide d’immortaliser la scene (heureusement car aujourd’hui, ils sont tous deux disparus).

Sur cette photo encore plus ancienne (vers 1890) on voit le corps central de l'hôpital et la chapelle, oeuvres de Bourgeau.  Comme on peut le constater, les bâtiments de la photo précédente ne sont pas encore construits (à droite de la photo).

H_tel_Dieu__1890_notman

On voit aussi le début du lotissement de ce secteur de la ville, avec les tracés des rues Sainte-Famille (dans l'axe de la chapelle) et de la rue Basset, à la droite.  Dans le répertoire historique des noms de rues de Montréal (Ville de Montréal aux Éditions du Méridien) on retrouve au sujet de la rue Basset :

« Le patronyme de Basset fait partie des premières institutions de Montréal;  ainsi, en 1672, le notaire et arpenteur Bénigne Basset (1639-1699) trace avec Dollier de Casson les premières rues de Montréal, tandis que sa fille Marie-Angélique (1666-1722) est religieuse hospitalière de Saint-Joseph.  Huit après le décès de cette dernière, ses frères, Gabriel (1670-1732) et Benoît (1662-1737), demeurés célibataires, donnent tous leurs biens à cette communauté religieuse.  C’est sur une partie de la terre dite La Providence léguée par les Basset, que les hospitalières font construire leur nouvel Hôtel-Dieu, en 1865.  Lorsqu’elles cèdent cette voie, à proximité de l’hôpital, les religieuses la dénomment en souvenir de leurs bienfaiteurs. »  Une belle histoire, non?

A suivre…