Récemment, Monsieur Jacques A. Taillefer, un pompier retraité, communiquait avec la Société d’histoire et de généalogie du Plateau-Mont-Royal, afin d’apporter certaines précisions à un article qui était déjà paru sur ce blog et qui faisait référence à un tragique incendie survenu en 1960 sur l’Avenue du Mont-Royal.  J’ai pensé qu’il serait intéressant de reprendre l’information, d’autant plus que Monsieur Taillefer nous communique également des photographies de la cérémonie funéraire.  Celles-ci, outre le témoignage de l’événement, nous donnent aussi l’occasion de voir certaines scènes du paysage architectural de Montréal.  Je laisse Monsieur Taillefer s’exprimer dans cet hommage aux cinq pompiers décédés sur le plateau Mont-royal, il y a bientôt cinquante ans :

« Le 2 mars 1960, un incendie s'est déclaré à la *Chapellerie Charlebois* au 1660 avenue du Mont-Royal.

Dans toutes les casernes de la Ville de Montréal l'avertisseur public de rue se fait entendre 2-1 5 4 6, coin Papineau et  Mont-Royal, les pompiers de la caserne no:26 du 2151 avenue du Mont-Royal sont les premiers à répondre à l'appel, c'est un incendie majeur, et en conséquence, une deuxième et une troisième alerte sont nécessaires.      

Plusieurs appareils du service des incendies sont venus en renfort afin d’empêcher la propagation de ce feu, dans un quartier aussi dense en bâtiments, résidentiels et commerciaux. Les appareils des casernes: 5, 6, 11, 14, 16,19, 20, 29, 30, 47, participent aux opérations.    

L'équipe de l'auto pompe no:5 et celle de l'auto pompe no:19 travaillent à l'extinction du feu à partir de l'intérieur du commerce. À cause de la chaleur intense qui y régnait, d'un seul coup, la bâtisse s'écroule et les cinq pompiers demeurent coincés sous un amoncellement de décombres. Les cinq pompiers décèdent sur les lieux.


C'est un jour sombre pour le service d'incendie et ça été une grande tristesse et un grand vide pour ces familles éprouvées, sans oublier leurs confrères et les gens du quartier qui ont été attristés et très touchés par l’événement.


Après avoir identifié les pompiers décédés, l'aumônier des pompiers, le père Paul-Dollard Morin (jésuite) avait la difficile tâche d'aller informer et réconforter les familles.                                        
   

Voici les pompiers qui ont perdu la vie dans ce triste événement :

Trois sapeurs de la caserne no:5, du 389  Ontario ouest,
Pompier, Erban Soucy 42  ans, avec 15 ans de service.
Pompier, Marius Létourneau 37 ans, avec 13 ans de service.
Pompier, Eusèbe Loiseau 32 ans, avec 9 ans de service.

Deux sapeurs de la caserne no:19, du 1945 fullum,
Pompier, Henri Robichaud 40 ans, avec 13 ans de service.
Pompier, Lionel Gariépy 29 ans, avec 6 ans de service.

Une funéraille civique, pour les cinq pompiers décédés a eue lieu à la Cathédrale Marie-Reine-du-monde le 7 Mars 1960 à 10h30.  Voici d’ailleurs quelques photographies montrant l’événement.  Sur la premiere photographie, nous voyons le cortege circuler sur le tout nouveau boulevard Dorchester qui a été inauguré quelques temps plus tôt .  On peut aussi voir le nouvel édifice du ministere du revenu fédéral.  Le Complexe Desjardins est absent, il sera inauguré en 1976

                                                                                                                

Pompiers_A

La photo suivante nous montre l'intérieur de la cathédrale et la foule venue rendre hommage aux pompiers disparus

pompiers_D

Finalement, l'inhumation au cimetiere Notre-Dame-des-Neiges, dans le terrain qui est réservé aux pompiers morts en devoir.  On peut voir l'immense colonne qui est ornées de différents symboles propres au travail des pompiers, lances, boyaux, échelles, gaffes, etc.  On peut facilement imaginer la solennité du moment et la grande tristesse de tout le monde devant cette immense tragédie.

pompiers_E