Avec le mois de juillet viennent les vacances; mais avec le 1er juillet, vient le jour du déménagement.  Comme disais Pauline Julien :..."j'sais pas si j'vas déménager, où rester là! ". 

Dans cette photo des années 1930 (il ne faut pas se fier à l'allure des camions de déménagements que l'on y voit), plusieurs familles semblent avoir pris leur décision.  Pour sa part, le cheval attends patiemment que la "waguine" soit remplie et, bien qu'il n'y ait pas beaucoup d'herbe à brouter, au moins il n'a pas à descendre de glacière, lui.  On se rends compte que l'univers domestique des familles moins nanties tenait à peu de choses; en fait, il tenait dans une charrette.  Il faut dire qu'ils n'ont pas eu à penser aux téléviseurs, aux décodeurs du salon et de la cuisine (sans compter peut-être aussi celui de la chambre) aux lecteurs CD et DVD; l'ordinateur et son moniteur; les nombreux téléphones; le congélateur et le gros frigidaire; pas de bibliothèque non plus; un ou deux garde-robes à vider par logement; pas de ventilateurs ou airs climatisés; les nombreuses plantes vertes; etc. etc.  Ah! oui; j'allais oublier le micro-ondes. le "blender", la "Wii", l'équipement de hockey, les pneus d'hiver, etc. etc.

Métiers jour de déménagement 1930

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

source de la photo Musée McCord  (cliquez sur les photos pour les agrandir)

Les meubles sont réduits à leur plus simple expression.  En plus, le tout finit par être aussi un peu brinquebalant; on peut le comprendre avec ces transports souvent annuels.

Heureusement, les temps changent et des firmes spécialisées se sont développées.  On peut penser à J.B. Baillargeon transport, qui fut longtemps "la firme" de déménagement à Montréal.  Rien n'arrêtait le progrès pour son propriétaire.  À preuve, les dessins suivants proposant un camion futuriste. 

J

 

 

 

 

 

 

Sur le camion, on peut lire "De Luxe Plus"; rien de moins.  C'est sûr qu'avec ça, ni la compagnie, et encore moins le client, ne passaient inaperçus.

J