Cette photo des Archives de la Ville de Montréal, qui date de1931, nous montre une situation très intéressante et aujourd'hui completement disparue.  

On y voit la complétion des travaux du viaduc Saint-Hubert à la hauteur des voies ferrées (on regarde vers le sud); et le paysage général de ce coin du Plateau.  La rue Saint-Grégoire, la rue Saint-Hubert non encore construite, et si vous remarquez bien vous verrez un bâtiment scolaire aujourd'hui disparu.

1931 Tunnel Saint-Hubert en direction de la rue Bellechasse, Archives de la Ville de Montréal, VM94-ZD1518

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

source : Archives de la Ville de Montréal  (cliquez sur la photo pour l'agrandir)

Cette école que l'on voit, avec son petit fronton surmontée d'une croix (au centre de la photo) est la première école Laurier, construite rue Laurier angle Resther.  Elle se trouvait en fait dans l'actuelle cour d'école; c'était la coutume de construire la nouvelle école dans la cour de récréation de l'ancienne.  On voit aussi, tout au fond, les triplex du côté sud de Laurier angle saint-Hubert; seuls survivants de ce décor urbain.  

À cette époque, les travaux dits de "la crise" ont garni le quartier de plusieurs viaducs et chalets de parc; tout en multipliant les points de passage entre le nord et le sud de la ville.  Il fallait faire travailler les chômeurs et se préparer pour la modernité qui venait à grands pas.  Malgré toutes les grandes volontés urbanistiques de rectitudes et d'élargissements; on ne parviendra pas à ajuster toutes ces connections et le viaduc se raccordera, tant au nord qu'au sud, avec des rues à angles.

À cette époque, la rue Saint-Hubert n'est pas construite car il faut se rappeler qu'une immense carrière de pierre occupait une bonne partie du voisinage. Cette carrière servit finalement de dépotoir pendant de nombreuses années et c'est vers 1920-1930 qu'on débuta l'aménagement de l'espace urbain tout autour.  On peut encore voir les maisons du côté est de Saint-Hubert, au nord de Laurier, qui portent les marques de cette réalité des constructions sur un sol très instable.  On dit qu'il faut laisser au moins un siècle afin de permettre à un sol, remblayé de matières organiques, de bien se tasser  

Pour les plus agés, vous voyez à gauche le bâtiment de la "BARRET", dont la spécialité de produits du bitume et du goudron, embaumait tout le quartier quand le vent était calme et le temps lourd.  Son emplacement était parsemé d'immenses réservoirs aériens contenants des produits du pétrole et autres composés chimiques.  Une véritable bombe écologique à retardement.

Cette période verra aussi l'aménagement du parc Laurier, la construction de l'école supérieure Saint-Stanislas et le développement du boulevard Saint-Joseph.  Le nord du Plateau en plein développement.  Petit fait amusant, vous noterez la "toilette" de chantier plantée en plein centre de la rue (probablement au-dessus de l'égout).  Quand vous passerez par là dorénavant...ayez une bonne pensée pour ces valeureux travailleurs.