Dans les années 1950, les terrains de jeux municipaux sont les lieux de prédilection pour les jeunes enfants de la ville. 

Bien sûr, la bonne vieille ruelle demeure toujours un refuge intéressant; mais les parcs offrent en contrepartie des appareils de jeux si particuliers, qu'ils sont bien tentants. 

PL parc La Fontaine terrain de jeux échelle

 

source de la photo : Archives de la Ville de Montréal

Il y en a pour tous les âges et ils font tous appel au petit côté aventurier des jeunes enfants.  Nous sommes ici au terrain de jeux du parc La Fontaine et le nombre d'appareils est important.  Historiquement, ce parc a toujours servi de "laboratoire" afin d'élaborer des jeux et de les tester avant de les exporter dans les parcs de la ville. 

C'est la "Montreal parks and playgrounds association", incorporée en 1903 qui multiplie d'abord les efforts afin de sortir les enfants des rues et leur permettre de jouer dans les parcs; ce qui leur était jusqu'alors interdits.  Le surintendant du parc, Monsieur Émile Bernadet, est aussi son créateur et son metteur en scène.  C'est lui qui en 1910,  au retour d'un voyage à Denver ou il a découvert les appareils de jeux dans les parcs, qui fera fabriquer les premiers jeux au parc La Fontaine.  On crée également pour l'occasion les postes de moniteurs de terrains de jeux. 

On parle alors de balançoires et de glissades; mais plusieurs autres équipements viendront s'ajouter au fil du temps.  Les planches à bascule (seesaw); les carrousels propulsés par les enfants, qui sautent ensuite sur la planche de pourtour toute usée par le sable, pour se faire étourdir comme il faut; mais surtout, les échelles-balançoires montrées sur la photographie.  Un enfant à chaque extrémité, chacun balance l'autre jusqu'à ce qu'il crie grâce ...de peur.  À bien y penser, ce jeu est très dangereux et les fillettes sont bien braves de s'y adonner avec autant d'assurance.  Il faut avoir grande confiance dans son partenaire de jeu. 

Insouciance de la jeunesse !