Il y a quelques temps, j'ai inscrit un message rappelant quelques éléments de ce grand commerce de l'avenue du Mont-Royal.

Dans les messages du blog, un monsieur Poirier-Defoy m'a contacté et raconté quelques pages de se propre histoire avec L.N Messier.  Son message est à la fin de cette page.  Je reprends ici le message original.

Depuis quelques temps , les spécialistes s'inquiètent de l'avenir des artères commerciales des quartiers anciens montréalais. Cette photo laisse plutôt deviner l’atmosphère d’une autre époque.  La foule, massée devant le magasin L.N.Messier Ltée, angle Fabre et Mont-Royal, attends les résultats d’une quelconque campagne de marketing de ce grand commerce du Plateau Mont-Royal.  À n’en pas douter, les tirages offrant souvent des prix très alléchants ont encore la cote. 

Ce magasin «départemental» sert alors de phare au succès commercial de l’avenue.  On y retrouve le premier et unique escalier mécanique de l’avenue du Mont-Royal; ce qui lui confère une certaine notoriété et une touche assurée de modernité.  Messier s’est fait connaître entre autres, par ses campagnes de publicité inusitées comme celle de la vente des minis voitures Austin 850, pour la modique somme de 850$.  ( ICI J'AI FAIT ERREUR, VOIR LE MESSAGE DE MONSIEUR POIRIER-DEFOY PLUS BAS ) Le magasin a également offert des bicyclettes 26 pouces, pour 26$.  Mon petit salaire de camelot m'a d'ailleurs permis de m'en procurer une qui pendant plusieurs années a fait ma grande fierté.  Ces bicyclettes venait je crois de Tchécoslovaquie; ce qui a l'époque ne semblait malheureusement pas être un gage de grande qualité.  Pour moi, cela demeurait quand même la plus belle du monde.

Ces années 1950 correspondent à un des âges d’or cycliques de cette grande rue commerciale.  L’annonceur vedette Roger Baulu, adulé du public, est le porte parole du magasin, ce qui lui assure une grande visibilité dans tout Montréal.  L’endroit est aujourd’hui occupé par le commerce l’Aubainerie.

L

Voici le message laissé par Monsieur Poirier-Defoy le 10 juillet 2016:

"d'abord merci pour ce beau recueil sur le Plateau.

J'y suis né en 1947 au 1457 Marie-Anne. Ma famille a travaillé chez L.N. (Louis-Napoléon) Messier au 1470 Mont-Royal, dont surtout ma tante, Clémence Belhumeur, qui a dirigé plusieurs départements et plus précisément le personnel pendant plus de 30 ans. Le directeur général était un monsieur Riendeau. Roger Baulu était effectivement le porte-parole et les ventes du Vendredi 13 attiraient des foules énormes. Messier était surnommé Le Petit Morgan et fut le premier magasin a vendre de la fourrure synthétique, le Borg dans les années 50.
J'ai d'abord fait les très populaires parades de mode lorsqu'enfant (premier communiant) avant de conduire l'ascenseur (!), vendre des disques, être caissier ou gérer la réception plus tard. Vers1962, Messier décida de vendre des Austin 850. la garage était au 4584 Papineau au nord de Mont-Royal. Elles se vendaient 1295 $ ( et non 850 comme on le rapporte) mais pour 8.50$ comptant et 8.50$ par semaine !
Messier fut aussi à l'origine de Ti-Coq Volant B-B-Q sur la rue Laurier. On voulait alors concurrencer St-Hubert, évidemment. Vers 1965, des ennuis financiers causés par l'automobile et le poulet, ont entrainé la faillite de Messier, rachetée par A.L. Green (Greenberg).
Mes parents ont aussi eu un restaurant de 1948 à 52, au 1914 Gilford, coin de Chabot, sud-ouest, alors qu'il y avait l'Épicerie Sureau qui existe toujours, coté sud-est,.
Puis un dépanneur au 4247 Chambord, près de Marie-Anne dans les années 60.
au plaisir,